UN AVOCAT AU SERVICE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ

Étude ALTARES de défaillances et sauvegardes des entreprises en France au 3ème trimestre 2021

Étude ALTARES de défaillances et sauvegardes des entreprises en France au 3ème trimestre 2021

[11/11/2021]

Avec 5 311 procédures collectives ouvertes, en recul de 20,8 % par rapport au 3e trimestre 2020, le volume des jugements est deux fois inférieur au niveau d’avant Covid

Avec 5 311 procédures collectives ouvertes, en recul de 20,8 % par rapport au 3e trimestre 2020, le volume des jugements est deux fois inférieur au niveau
d’avant Covid.

Des signaux de fragilisation émergent pour les PME de 10 à 19 salariés qui étaient encore épargnées au 2e trimestre 2021 : elles observent
une augmentation de 30 % des redressements judiciaires.


Si la quasi-totalité des secteurs semble résister, plusieurs activités, telles que l’industrie manufacturière et le transport routier de fret, présentent des signes
de fragilité. De même, si les défaillances sont en baisse dans l’ensemble des régions, cette amélioration ne doit pas masquer l’augmentation des ouvertures
de procédures dans de nombreux départements.


« Depuis le printemps 2019, soit un an avant le début de la crise sanitaire, le nombre des défaillances d’entreprises recule chaque trimestre.
Un vaccin contre la défaillance aurait-il été trouvé ?


Rien n’est moins sûr.

Ce 3e trimestre 2021 vient en effet nous rappeler que les règles de l’économie et des échanges commerciaux se rétablissent
progressivement au rythme de la fin du « quoi qu’il en coûte ».

Si le volume des défaillances reste deux fois inférieur à celui de 2019, quelques activités
présentent tout de même des signes de fragilité.

Leurs tensions sont exacerbées par les difficultés d’approvisionnements, de recrutement et la reprise rapide qui alourdit les besoins de fonds de roulement. Un clivage s’opère donc entre les entreprises qui terminent 2021 avec un niveau de trésorerie solide, au prix d’un endettement parfois fort, et les entreprises qui manquent déjà de cash pour financer la reprise.


Quant aux activités telles que la restauration ou le commerce, aidées plus longtemps du fait de leurs fermetures successives, elles tiennent encore et
comptent sur un retour durable des consommateurs. Sur le dernier trimestre 2021, les défaillances devraient pouvoir être encore contenues sous le seuil des

Téléchargement

Document à télécharger